Création d’entreprise : le démarrage de l’activité

« Création d’entreprise : le démarrage de l’activité » par Norbert Macia

www.norbertmaciacoach.com

Le démarrage d’une activité professionnelle, c’est un peu comme le départ d’une course à pieds. Moment fondamental de la course, pendant lequel vous devez courir à l’allure juste : trop rapide et vous ne tiendrez pas la distance, trop lent et vous n’y arriverez jamais !

Qui dit « allure juste » dit présence pleine, attention éclairée.

_

Création d’entreprise : le démarrage de l’activité

_

On pourrait comparer la création d’entreprise à la course à pieds. Par expérience, les coureurs savent qu’ils seront toujours tentés d’aller plus vite que nécessaire au moment du départ en oubliant parfois un élément essentiel de la gestion de la course : tout se paye ! Dans la création d’entreprise, tout se paye également : les départs fulgurants, les arrivées qui n’aboutissent pas._

Démarrage de l’activité et montée en régime_

La gestion du régime de l’activité est sans doute un des points de vigilance les plus importants lors de la première année d’activité, et par la suite. Le démarrage de l’activité est souvent couplé avec un sentiment d’euphorie (surtout lors de la toute première création d’entreprise), qui n’est pas sans risques pour la suite du projet, car, idéalisant le contexte et la fonction, nous basculons généralement dans une illusion auto-entretenue par des encouragements généralement bienveillants et mérités.

Tout comme dans notre exemple de compétition de course à pieds, il convient d’entendre les encouragements du public, comme leitmotiv efficace, mais bien garder à l’esprit l’objectif premier : une bonne gestion de la distance.

Pour ce faire, il s’agit d’éviter deux obstacles majeurs beaucoup trop souvent présents chez les créateurs d’entreprise.

  1. Linsuffisance de capitaux propres, c’est-à-dire le manque de fonds de roulement. Vous courez le marathon des sables, en auto-suffisance, mais vous n’avez sur vous qu’un sucre et demi et 10 cl d’eau pour tenir la distance… Vous vous apercevrez bien assez tôt que c’est insuffisant pour faire face à l’épreuve.
  2. Des charges fixes trop lourdes, à savoir des charges mensuelles et récurrentes. Vous courez le marathon des sables, en auto-suffisance, et pour faire simple vous avez rempli votre sac à dos d’une bouteille de gaz (grand format) et d’un réchaud (afin de pouvoir prendre votre café chaud pendant les pauses-ravitaillement), ainsi que la collection complète des Essais de Montaigne (Bibliothèque de la Pléiade) afin de ne pas mourir idiot non plus. Était-ce vraiment indispensable ?

Si dans votre étude de création d’entreprise, vous vous apercevez que vos capitaux propres sont insuffisants et que vos charges fixes sont très importantes, prenez contact avec des organismes d’accompagnement et d’aides financières. Il en existe un certain nombre, parmi eux, le portail d’information des C.C.I sur les aides à la création d’entreprise : les-aides.fr_

Quelques principes…et beaucoup de bon sens_

Limitez, dès le démarrage de l’activité, les charges et frais fixes.  Allégez-vous tant que vous pourrez en vous demandant si tel investissement, ou tel autre, relèvent de l’accessoire ou de l’essentiel.

Prêtez une attention toute particulière aux prix de revient et à l’ensemble des coûts, en faisant toujours jouer la concurrence à partir d’un minimum de 3 devis par prestataire ou service.

Surveillez de près vos deux principaux postes d’investissements : les besoins en équipement et les besoins en fond de roulement.

Ne soyez pas dépendant d’un seul client (même très gros), ni d’un seul prestataire ou partenaire. Fuyez, comme la peste, « l’affaire du siècle » et toutes celles et ceux qui vous en vantent les mérites et les attraits.

Les tableaux de bord et les indicateurs de contrôle existent. Utilisez-les, certains au quotidien, d’autres à la semaine, au mois, au trimestre et à l’année. Le rôle principal des indicateurs est de faire apparaître les écarts entre le prévisionnel et le réalisé. Ces écarts doivent vous permettre d’ajuster votre activité au plus près du réel.

La création d’entreprise et le développement d’une activité professionnelle nécessitent une motivation à toute épreuve,  c’est-à-dire des motifs clairs et précis soutenus dans la durée, une analyse fine et rapide des menaces et des opportunités, des forces et des faiblesses, une « conscience circulaire » de son environnement en faisant les bons choix, de faire preuve d’un grand sérieux en se soumettant à certaines règles de conduite, ce qui équivaut à  s’imposer une vraie discipline.

Le reste n’est qu’affaire de temps et de professionnalisme._

_

_

L’auteur_

Norbert Macia, éducateur sportif de son premier métier, après 10 années d’expérience dans le secteur du sport et des loisirs, Norbert Macia se reconvertit, en 2006, au coaching professionnel auprès des particuliers et des entreprises. Diplômé de l’Institut d’Études Politiques d’Aix-en-Provence en 2005, il s’oriente vers un troisième cycle universitaire en coaching qu’il obtient en 2006 à la Faculté d’Économie Appliquée d’Aix-en-Provence.

[Portrait de Norbert : Studio Italiano.fr]

www.norbertmaciacoach.com

_

Mise en ligne : 21 janvier 2013

Laisser un commentaire